lys

bannermain

 logowbe

Guide des parents

 

Aider votre enfant à réussir ?

Le passage du primaire au secondaire est une étape scolaire délicate. Votre enfant doit s’habituer à un environnement différent : nouveaux horaires, nouveaux professeurs, nouvelles méthodes de travail,…

Beaucoup de changements dans la vie d’un jeune qui doit souvent, en plus, gérer des transformations pubertaires !

Votre collaboration dans un partenariat parents-école est donc primordiale. En voici quelques exemples clés de réussite :

 

1. Participez à son accueil en secondaire :

Notre établissement organise un accueil spécial pour les 1ères secondaires : 2 demi-journées d’adaptation durant lesquelles les élèves sont encadrés en petits groupes par des professeurs mais également par leurs parrains du troisième degré et découvrent l’école et le secondaire. Votre enfant reçoit, en outre, un cahier d’avis, une farde et un journal de classe dans lesquels vous trouvez le règlement scolaire, le projet d’établissement, et des notes importantes qui vous sont également destinées. En plus d’une lecture attentive de votre part, ces informations nécessitent un échange de vue avec votre enfant. N’oubliez pas non plus de remplir les documents administratifs et de fournir à votre enfant le matériel scolaire à temps pour qu’il prenne un bon départ !

 

2. Contrôlez régulièrement son journal de classe :

Durant toute l’année, le journal de classe reflètera le travail à effectuer, les résultats de certains travaux et interrogations et les communications parents-école. Cet outil informatif doit donc être vérifié et signé au moins une fois par semaine et plus si vous suivez journellement le travail de votre enfant. Outre les réunions de parents, ce journal de classe vous permet également de demander un entretien avec un professeur.

 

3. Suivez son travail :

Croire qu’à 12 ou 13 ans, votre enfant est capable de se débrouiller seul est souvent trop optimiste. Le passage primaire-secondaire commun au passage enfance-adolescence nécessite de votre part beaucoup d’écoute et d’encouragements. Ce passage nécessitera davantage de fermeté sur certains points non négociables comme l’école,… mais toujours beaucoup de dialogue. Attention, un enfant raisonnera à cet âge par ses désirs et sa réalité sera très différente de notre réalité d’adulte. Notre intérêt sera avant tout les besoins de votre enfant avant ses désirs.

Jeter un coup d’œil sur la bonne tenue des cours, le travail exécuté, l’ordre du cartable et être cohérent en lui envoyant le même message d’effort et de travail que celui que nous lui délivrons à l’école sont les meilleurs moyens de l’emmener vers sa réussite.

Afin de d’aider votre enfant à acquérir une bonne méthode de travail, notre école a mis au point ce fascicule qui sera exploité aux cours durant le début de l’année scolaire.

Le lire et l’appliquer chez vous avec votre enfant constitueront des prolongements bénéfiques.

 

Veillez en outre à l’aider à :

  • ranger ses fardes, ses contrôles, ses cours, son sac (à faire la veille)
  • gérer son temps :

- ne pas commencer à travailler la veille (c’est trop tard)

- faire un planning réaliste de la semaine en y intégrant devoirs, leçons, repas, sports et loisirs.

- en rentrant de l’école, prévoir un moment de détente (pas trop long !).

- commencer par ce qui est plus difficile ou ce que l’on aime le moins et terminer par ce que l’on préfère.

 

4. Donnez-lui de bonnes habitudes :

En tant que parents, vous devez impérativement veiller à :

  • un sommeil suffisant (chambre sans trop de distractions pouvant le faire veiller tard)
  • un lever sans précipitation
  • un petit déjeuner
  • un lieu de travail calme avec accès réglementé à la musique, TV, console de jeux, Internet, GSM, etc…

Vous devrez faire preuve de clairvoyance et de vigilance car l’imagination des jeunes pour remplacer le travail par des distractions est fertile.

Soyez également attentifs à contrôler, de temps en temps, son « surf » sur Internet et les nombreux dangers qui y sont liés pour un(e) jeune adolescent(e). Veillez surtout à ne pas placer l’ordinateur dans sa chambre. De plus en plus de jeunes deviennent « cyberdépendants ». Autrement-dit, ils passent leurs nuits en ligne à jouer à une réalité virtuelle qui les déconnecte des réalités et des rapports sociaux. Le lendemain, ils sont alors incapables de se lever et dorment à l’école. Ces enfants ont alors peu de chances de réussite.

Attention également au GSM devenu souvent une assuétude pour bon nombre d’enfants (et aussi d’adultes). Important d’apprendre à son enfant la valeur des choses et qu’il s’agit d’un outil fonctionnel (quoique très peu à leur âge) et non d’un accessoire de mode. Ensemble, nous tenterons de lui faire découvrir les séductions et manipulations des sociétés gravitant autour du téléphone portable ciblant les plus jeunes et en faisant leurs victimes.

 

5. Encouragez-le, valorisez ses efforts :

Les premiers résultats scolaires peuvent parfois être décevants. L’adaptation au secondaire peut prendre plus de temps chez certains élèves que chez d’autres. S’il ne faut pas s’alarmer, il faut cependant agir. Rencontrer les professeurs, revoir l’environnement de travail de votre enfant et, avec nous, retravailler ses méthodes d’apprentissage. Réaliser alors avec lui un horaire de travail qu’il devra respecter et que vous contrôlerez (lui faire réciter). Il faut absolument alors lui donner de nouvelles bonnes habitudes de travail.

Plutôt que d’exiger un pourcentage, mieux vaut alors estimer l’effort consenti et en discuter avec les professeurs des cours estimés difficiles.

Le travail journalier est coté sur 3 périodes et 2 examens. Les devoirs, contrôles, interrogations, bilans et examens ont des cotations fort différentes et refléteront dans le bulletin les connaissances et compétences de votre enfant.

Toutes les explications peuvent vous être fournies aux réunions de parents dont vous trouverez les dates dans le calendrier scolaire (au début du cahier d’avis).

 

6. Discutez avec les professionnels :

Votre enfant vit mal une situation avec un camarade, un professeur ? Il vous raconte ce qu’il perçoit comme une injustice !

Informez-vous aux sources fiables ! L’enfant perçoit affectivement certaines situations et les interprètes souvent à sa façon. Réagissez cependant en prenant contact avec l’école. Il est important que votre enfant comprenne le pourquoi de la situation. Sachez que vous parents et nous l’équipe éducative de notre école, nous avons ensemble le même but : former et faire grandir votre enfant. Si le problème vous semble important, n’attendez pas, demandez un rendez-vous avec son éducateur, le professeur titulaire ou le centre PMS. La Proviseur et le Préfet, ainsi que la médiatrice scolaire sont aussi à votre écoute pour trouver, avec vous, la meilleure solution.

 

7. Ne cédez pas à toutes les modes :

L’adolescence est la période de toutes les influences. Votre rôle de parents est d’aider votre enfant à en faire le tri et quand c’est nécessaire de savoir dire non. Non, par exemple, à ce qui est interdit par le règlement scolaire que vous avez approuvé lors de l’inscription. Ce règlement ne fait que préparer le jeune à la vie professionnelle et sociale en l’amenant à adopter une tenue sans excentricité, ni provocation, sans abus de gadgets modernes, etc…

 

MARCHONS ENSEMBLE VERS LA RÉUSSITE !